Tbilissoba

Qui visite la Géorgie en tombe amoureux… Le pays est bouleversant et les Géorgiens généreux et hospitaliers sont doués d’innombrables talents.

Leurs chants, si renommés et si beaux, gorgés d’une ineffable tristesse, font battre les coeurs plus vite. Ces polyphonies sans pareilles naissent au hasard des tablées altières. Les nouveaux convives s’y joignent sans peine et l’écho des monts du Caucase les accompagne, comme si leurs crêtes grandioses savaient ces airs solennels. La nature en Géorgie est faite d’abondance et de splendeur, elle s’exhale en fêtes somptueuses où les mets succulents le disputent aux vins capiteux au rythme des toasts et paraboles dispensés par le Tamade qui préside à ces célébrations de la vie.

Fin septembre 2017, le temps d’une journée, la Géorgie s’est fondue dans l’espace des jardins du Moulin Jaune. La longue table de banquet serpentait dans le verger, des cuisiniers géorgiens ont enivré par leurs plats aux saveurs uniques et un chœur d’hommes a fait pleurer “d’amour et de tristesse” et les visiteurs n’avaient pas oublié de porter tous fièrement une moustache en leur honneur. Le soir venu, Nino Katamadze, une reine en son pays et l’une des meilleures chanteuses au monde, portée par des virtuoses – le collectif Insight : Gocha Kacheishvili (guitare), Ucha Gugunava (basse) et David Abuladze (batterie) – a plongé le public dans un univers de magie musicale.

Le Tamade et les maîtres de la culture géorgienne accompagnaient la déambulation jusqu’au départ. Et si l’envie de retourner en Géorgie vous prend, ne vous inquiétez pas, vous êtes devenu l’un des nôtres : un éternel amoureux de ce pays.

Qui visite la Géorgie n’a de cesse d’y revenir. Nous y reviendrons aussi.

X
X