La maison orange

Pour recevoir les artistes en résidence, les amis de l’association et les bénévoles à l’occasion des événements publics, il fallait des hébergements aménagés. Comme tout ce qui est mis en place au Moulin Jaune, il s’agit d’un projet évolutif qui fait l’objet de transformations ou d’adaptations permanentes. On le prévoit pour laisser la place au rêve, à des transformations, extensions, agrandissements, suspensions, pour coller aux besoins, aux saisons et aux événements.

La charpente dépasse ainsi de part et d’autre pour pouvoir accueillir de futurs aménagements ou installations. 
A l’intérieur, les pièces sont aménagées progressivement par les artistes en résidence qui donnent à chacune leur identité.
A l’extérieur, le bardage s’adapte aux intempéries et une jardinière sur toute la crête de la toiture attend de recevoir des plantations adaptées. 

LES PRINCIPES CONSTRUCTIFS

Le bâtiment est une longère vétuste (autrefois des écuries) dont l’état de délabrement, notamment de nombreuses fuites dans la toiture, a nécessité une réhabilitation totale. La toiture a été totalement refaite en 2013-2014 : elle a été coiffée d’une sur-toiture, une œuvre d’art imaginée par les architectes hollandais de l’agence 24h, Boris Zeisser et Maartje Lammers et exécutée par l’architecte parisienne Sacha Goutnova.

De forme organique et en bardeau de chataignier, cette toiture est fixée sur une charpente bois en lamellé-collé réalisée par des Compagnons du bâtiment, charpentier et couvreur, de l’entreprise Desneux, implantée dans l’Oise. Les bardeaux ont été posés selon une géométrie organique un peu comme des lignes de niveaux, grâce au savoir-faire de Desneux qui le faisait pour la première fois.

Sa proue côté rivière accueille depuis 2016 une oeuvre de l’artiste camourenais Pascale Marthine Tayou, Favelas ABC, dans le cadre d’un partenariat avec la Galleria Continua, galerie d’art contemporain installée à Boissy-le-Châtel (77) : il s’agit de centaines de cabanes à oiseaux en bois également !

Une glycine envahit cette façade sud tandis que côté nord, son pignon surplombé d’une gargouille en cuivre accueille parfois une balançoire hors d’échelle.

Sur la façade à l’est, une fresque en trompe-l’œil réalisée à la chaux en utilisant des savoir-faire traditionnels, a été réalisée par un artisan d’art, Frédéric Guichaoua.

A l’ouest, la toiture rejoint le sol et dissimule les escaliers d’accès implantés à l’extérieur et la chaufferie. Une vigne grimpante a été plantée à ses pieds.

ÉQUIPEMENTS

On a profité de ces travaux pour installer une pompe à chaleur pour tout le bâtiment. 8 portes permettent d’accéder aux pièces du rez-de-chaussée. Toutes les menuiseries qui ont été remplacées ont été faites en bois et en double vitrage. 2 escaliers extérieurs desservent les étages et les anciens balcons. Ils sont dissimulés par la sur-toiture. Ce bâtiment étant inondable, tous les travaux ont été conçus pour supporter une montée des eaux fréquente.

Il n’a pas été équipé de gouttière et on évacue les eaux de pluie de différentes façons :
– un chéneau au sommet du toit est une jardinière qui attend d’être plantée d’une crête végétale hérissée
– une gargouille en zinc en forme de lapin évacue le trop plein à l’extrémité de ce chéneau
– des jardinières sont situés sous la toiture au pied du bâtiment et servent aux plantes

Des puits de lumière ronds ont été installés dans la toiture bois afin de drainer la lumière naturelle dans les chambres du haut

INTÉRIEUR

Le bâtiment comprend
– 14 chambres destinées à recevoir les artistes et artisans en résidence,
– 6 salles de bain,
– 1 cuisine-salle à manger collective
– Et des toilettes destinées au public du jardin.

La sur-toiture a permis de créer une grande hauteur dans 6 pièces du haut et d’accueillir pour certaines un espace de nuit en mezzanine et un espace de travail dans la partie basse. Chaque pièce a vocation à être progressivement aménagée selon une thématique déclinée par Alexandra Goutnova et les artistes invités. Ce travail en cours sera poursuivi au cours des années.

A l’étage, un bureau est relié à une terrasse perchée dans les arbres par une passerelle faite avec un reste de charpente.

Parmi les projets, une boutique pour le public est prévue dans une des chambres du rez-de-chaussée.

 

X