Sous le signe du Roi singe

2016 est l’année du Singe, l’année de la spontanéité, de l’amour de la vie et de la joie. Pour ce premier événement à la période la plus froide de l’année, le Moulin jaune s’est mis aux couleurs des tropiques pour honorer le Roi singe, Sun Ukun. C’est autour du feu, à l’heure russe de l’ancien calendrier, que Slava et sa famille ont invité leurs amis proches à célébrer cette nouvelle année.

Comme le veut une tradition russe consistant à saluer l’ancienne année avant d’accueillir la nouvelle, nous avons d’abord retraversé la jungle hivernale du Moulin, en 4 étapes du bateau renversé à la roulotte gitane. A chaque arrêt, correspondant à chacune des saisons de l’année écoulée, la chaleur d’un feu, de la nourriture et des boissons réchauffantes nous accueillaient. De magnifiques bougies finlandaises jalonnaient le chemin dans la brume nocturne.

La fête du Singe Jaune ne pouvait pas se passer ailleurs qu’au Moulin Jaune ! En son honneur, on y a recréé les tropiques au milieu de la froideur hivernale et réuni la famille et les amis les plus proches autour du feu. Le roi des singes Sun-Ukun présidait lui-même la célébration de la première fête de l’année 2016.

Sun-Ukun est le personnage préféré du théâtre traditionnel chinois. C’est aussi le clown le plus aimé de la mythologie chinoise. Il a surmonté les sommets de 72 transformations magiques pour devenir le Roi des singes.

Son nom « Ukun » veut dire « celui qui a réalisé la Vacuité » et sans répit il cherche le sens de la vie. Néanmoins, malgré toutes ses réalisations spirituelles et physiques, il est mort d’une intoxication alcoolique. Quand les serviteurs du Souverain du Pays des morts sont venus pour l’emmener, Sun-Ukun s’est révolté. Il a rayé son nom, ainsi que celui de tous ses sujets, du livre des morts devenant ainsi immortel. Pour payer cette extravagance, il a été envoyé dans les écuries célestes d’où il s’est aussitôt enfui. On l’a ensuite désigné pour garder le jardin des pêchers, mais Sun-Ukun ne veut toujours pas travailler et préfère voler des pêches.

Alors, les dieux décident de ne pas l’inviter à leur festin. A cette nouvelle, Sun-Ukun se venge en mangeant tout ce qui a été préparé pour la fête y compris l’élixir d’immortalité.

Tout le monde essaiera de l’apaiser : l’armée céleste, les dragons et même Bouddha, mais personne ne réussira jamais à soumettre ce rebelle aux règles ou aux lois.

La fête de Sun-Ukun était marquée par la présence de l’élite de la société des singes et tous arboraient ses couleurs. Le groupe de rock Soul Surfers était installé dans la chaleur étouffante du sauna, les musiciens prenant place dans le jacuzzi. Entre la musique et la danse, des vapeurs tropicales ont rempli le Moulin et certains invités ont cherché la fraîcheur en plongeant dans la rivière.

Ailleurs, la jungle avait envahi les murs de la maison. La salle « Caméléon » du rez-de-chaussée, qui change chaque année de physionomie, a été transformée sous l’influence du Douanier Rousseau. Plantes et fruits tropicaux pendaient du plafond et au sol une herbe verte semblait cacher au regard crocodiles, hippopotames et éléphants…

La présentation d’un spectacle improvisé « Barmaleï le terrible » était le clou de la soirée et se terminera aux rythmes d’une danse africaine inventée par un chorégraphe-papou.

Danse africaine, hip-hop… les singes n’ont pas arrêté de gigoter, avec des pauses pour s’émerveiller et rire de tours de magie, s’enivrer de cocktails exotiques et de bains de minuit…

Il ne nous reste plus qu’à suivre les préceptes du Grand Sun-Ukun : « Faire la fête toujours et encore ! »

X